Hara et saison hivernale

Hara et saison hivernale

Hara et hiver

Avec l’hiver installé pour de bon, dans mon pays de neige et de froid, j’observe souvent que mon hara et le hara de mes clients démontrent une nette tendance à devenir plus frais, même froids et humides au toucher. Cette observation, qui revient chaque année en cette saison spécifique, m’a amené à me questionner sur les origines de cette condition et comment y remédier.

Origine des zones froides au hara

En hiver, le corps devrait avoir assez de Ki pour réchauffer tout l’organisme et maintenir à la fois les membres et l’abdomen bien chauds. Dans certaines circonstances, si le froid extérieur se fait particulièrement intense, le corps priorisera de garder son centre, c’est-à-dire le hara, la région abdominale chaude, au détriment des extrémités.

Dans ces conditions, l’énergie se dirigera alors rapidement vers le centre, pour réchauffer l’abdomen et maintenir les organes internes à une température optimale. La région du hara devrait donc, peu importe les circonstances, être légèrement chaude au toucher et ceci même si la température externe est particulièrement froide.

Pourquoi alors le hara peut-il être froid au toucher?

Percevoir la région du hara fraîche ou froide peut indiquer que l’énergie globale de l’organisme est déficiente et que, par conséquent, certaines fonctions de l’organisme démontreront une diminution fonctionnelle significative. En Shiatsu, la palpation du hara à la recherche de zones froides pourra nous permettre de discerner les systèmes les plus en besoin et intervenir par la suite sur ceux-ci afin d’équilibrer leur condition énergétique.

La présence de zones froides au hara devrait toujours nous conduire à vérifier l’état énergétique des Reins, car ceux-ci sont la fondation énergétique de tout l’organisme. Comme nous le verrons, il est toujours avantageux de consolider de façon prioritaire leur énergie afin de soutenir par la suite les Zang fu déficient au hara.

Quelle est la condition idéale du hara ?

Un hara en santé devrait être globalement chaud et légèrement humide. Comme le bas du hara représente le foyer inférieur et Ming Men, celui-ci devrait idéalement être légèrement plus chaud et tonique que le haut du hara. Malheureusement, trop souvent nous observons exactement l’opposé; le bas du hara est froid et atonique (Kyo) et le haut est tendu et parfois plus chaud que la partie inférieure. Une tension Jitsu de la région supérieure exprime souvent un état de stress et de tension importante et un élément Feu excessif (insomnie, nervosité, palpitation).

Outre une condition « de déficience énergétique » qui est souvent à l’origine de zones du hara froides, l’exposition directe du hara au froid hivernal et la consommation excessive « d’aliments froids » durant l’hiver peuvent contribuer à maintenir ou consolider les sources de déficiences énergétiques responsables de la manifestation d’un hara froid. Ces deux habitudes nocives contribueront à épuiser davantage l’énergie de base de l’organisme et maintiendront la présence de zones froides au hara. Nous reviendrons sur cet aspect spécifique dans le paragraphe concernant le travail digestif de la Rate/Pancréas.

Manger froid est-il nocif pour la digestion?

En tant qu’Occidental, il peut vous sembler bizarre de penser que des aliments froids peuvent être « énergivores » pour notre organisme. Mais en réalité, ceux-ci ne peuvent être « digérés » qu’après un séjour de quelques heures dans l’estomac, précisément jusqu’au moment où le bol alimentaire atteindra la température du corps, c’est-à-dire entre 36,1 °C et 37,8 °C pour ensuite poursuivre sa route vers le petit intestin, afin d’y être assimilé.

41a760cd8d692da8f9ea7ad1dd988054Cet effort de « réchauffement des aliments“ contribuera à épuiser l’énergie Yang de l’organisme et contribuera à la longue à l’apparition de zones froides spécifiques au hara. Cette condition s’accompagnant souvent de symptômes tels la fatigue ou une sensation de gonflement après les repas.

Nous reviendrons sur ces aspects spécifiques dans le paragraphe concernant le travail digestif de la Rate/Pancréas.

À la lecture des paragraphes précédents, il semble évident qu’un hara chaud est synonyme en MTC d’une bonne santé et d’une énergie abondante. C’est pourquoi, à travers les âges, l’humain a essayé par différents moyens de soutenir et conserver la chaleur au bas de son ventre. Cet usage s’est répandu particulièrement en Orient, mais aussi beaucoup plus près de nous que nous pourrions l’imaginer…

La ceinture fléchée de nos ancêtres

Bien qu’on croie normalement que la ceinture fléchée soit originaire du Canada, celle-ci est plutôt native d’Europe, particulièrement des régions nordiques: les Vikings en seraient vraisemblablement les concepteurs originaux. Les Amérindiens par la suite auraient hérité de cet usage, possiblement même avent la venue de la première vague de colons en Nouvelle-France.

« Haramaki »

J’ai toujours été frappé par la ressemblance entre la ceinture fléchée québécoise et l’obi, cette large ceinture portée autrefois par les Japonais, afin de fermer leurs Kimonos et soutenir leur hara et le bas de leur dos. GeishaObiLes différents types d’obis se différenciaient par leurs conceptions, le matériel utilisé pour leurs fabrications et leurs utilisations. Les obis les plus amusants et les plus colorés étaient souvent portés par les jeunes femmes célibataires. En plus de l’obi, les Japonais portaient traditionnellement, sous leurs Kimonos, une autre pièce de vêtement afin de maintenir leur hara au chaud, le haramaki.

Oui, maki comme ces petits rouleaux de riz enveloppés d’une algue nori et fourrés en leur centre de légumes, poisson et autres condiments variés. Le port du haramaki utilisait le même principe d’enroulement pour envelopper la région lombaire et le hara d’un tissus chaud et extensible porté sous le kimono. Donc, avec le port du haramaki et de l’obi, les Japonais traditionnels avaient, un peu comme les coureurs des bois de l’époque, une double protection afin de soutenir et garder leur hara bien au chaud!

Comme vous pouvez le constater, la notion de garder le hara et la région lombaire bien au chaud est plus répandue qu’on ne le pense à priori et reflète bien une compréhension profonde de l’importance de cette région pour le maintien de la vigueur et la santé.

Hara froid et digestion (région entourant l’ombilic)

Revenons au hara et à ses zones froides…

Tous les organes peuvent présenter des régions froides au hara. Dans le cadre des paragraphes suivants et pour simplifier l’aspect théorique, nous aborderons uniquement le rôle des Reins et la Rate/Pancréas, mais cette vision est volontairement limitative.

Débutons par les fonctions de la Rate/Pancréas. La Rate/Pancréas transforme tous les aliments que nous mangeons, elle est avec l’Estomac responsable d’une bonne digestion. Son activité en MTC se nomme le Feu digestif, c’est elle qui fournit l’énergie afin de « cuire et transformer » les aliments que nous mangeons. Si cette énergie est déficiente, la digestion sera lente et difficile.

La consommation d’aliments froids affaiblit fortement la capacité digestive de la Rate, qui se manifestera spécifiquement au niveau du hara par la présence de fraîcheur ou de froid dans la région entourant l’ombilic ou carrément au cadran gauche supérieur de l’abdomen, région directement concernée par la localisation physique de l’estomac.

La solution à cette condition est de manger des aliments cuits et d’éviter de manger des aliments crus ou froids, comme c’est couramment la mode depuis quelques années.

Salade en toute saison, « smooties » et jus de fruits et légumes crus sont consommés hiver comme été, sans se soucier des impacts nuisibles sur la digestion. En hiver, manger des aliments crus affaiblit la capacité digestive de l’organisme et demandent un effort considérable à l’énergie digestive de la Rate/Pancréas.

L’importance de la cuisson des aliments

La cuisson est comme une première digestion pour votre organisme et prendre l’habitude de manger cuit et chaud en hiver soutient le travail de la Rate/Pancréas et permet une meilleure assimilation des aliments.

Tout le monde a fait l’expérience d’un bon repas chaud en hiver qui réconforte et réchauffe l’organisme. Ce repas étant en harmonie avec la saison et le climat, celui-ci répond exactement aux besoins du moment. Pour les mêmes raisons, il est préférable de ne rien boire de glacé durant vos repas.

E4P76B Indoor Cooking Fire and Pot in Traditional Japanese HouseDonc, quand le hara est froid dans la région de l’ombilic et de l’estomac une des premières choses à faire est de prendre soin de changer ses habitudes alimentaires nuisibles. Un autre aspect à considérer pour remédier ce type de froid au hara est de suspendre la « surutilisation » du mental et de l’intellect. habitudes alimentaires nuisibles. 

En effet, en MTC, la rumination mentale ou l’utilisation excessive du mental peuvent également contribuer à affaiblir le ki de la Rate/Pancréas et produire le même type de fraîcheur au niveau de l’ombilic. Dans ce cas-ci, les symptômes de débalancement de la R\P seront moins d’ordres digestifs, mais davantage accompagnés de fatigue mentale et d’une diminution des difficultés de concentration et possiblement pensées obsessives.

Hara froid et énergie Yang des Reins (région sous le nombril)

Le Yang des reins est la source du Ki de tout l’organisme, donc de la chaleur de chaque organe et tissus du corps.shenzang1 Le hara étant le reflet de tout l’organisme, dès qu’une zone est froide au hara, l’énergie déficiente des Reins est à considérer comme source potentielle de cette manifestation.

Le hara et les extrémités étant en étroite relation, la présence de pieds froids est une indication complémentaire de la baise de l’énergie Yang des Reins.

L’énergie des reins en déficience se manifestera donc par un hara froid sous l’ombilic, et les « symptômes » suivants pourront également accompagner et confirmer cette condition de déficience: fatigue, faiblesse et fraîcheur des lombes et des genoux. Souvent, les clients ayant la région du Rein froide au hara se plaindront que l’hiver est long et que s’ils en avaient les moyens, ils partiraient pour le sud, c’est une bonne indication qu’ils sont en manque de chaleur!

Je comprends l’importance de l’énergie des reins, mais comment prendre soin de l’énergie de mes Reins durant la période hivernale?

Voici quelques suggestions afin de soutenir l’énergie globale de notre organisme durant les longs mois d’hiver.

Équilibrez vos périodes d’activité physique et de repos:

L’hiver est la saison où les Reins refont le plein d’énergie, il est donc important de se reposer et de dormir suffisamment. C’est le moment de l’année où nous en avons le plus besoin. N’oublions pas que nous sommes des mammifères, et que dans un certain sens, tout comme les mammifères, nous avons aussi besoin « d’hiberner » pour refaire le plein d’énergie. Malheureusement, le rythme de la vie moderne, nous oblige souvent à puiser dans nos réserves énergétiques, augmentant ainsi notre fatigue et diminuant notre capacité de récupération afin de préparer le prochain cycle de vie qui débutera au printemps suivant. Si possible, permettez-vous à l’occasion de faire de petites siestes bienfaisantes. Quelle bonne idée d’imiter les ours et de faire un arrêt en prenant plus de temps pour soi.

Pratiquer la méditation quotidiennement:

La méditation est une méthode formidable, particulièrement durant la période hivernale, pour tonifier l’énergie de vos Reins. Concentrez particulièrement votre attention à faire descendre votre respiration au niveau de votre bas-ventre, votre hara, voir le blogue suivant: http://stephanevien.com/le-hara-centre-dequilibre-entre-ciel-et-terre/. Cette pratique vous aidera à accumuler graduellement votre énergie dans la région abdominale et soutiendra ainsi vos réserves énergétiques.

Restez seul et limiter vos activités sociales est aussi bénéfique en cette période de ralentissement énergétique. Par contre, sortir au grand air et faire des activités hivernales de façon modérée s’avère un bon complément aux périodes de repos et d’isolement.

Boire chaud:

En hiver, il est bénéfique de boire des boissons chaudes comme des bouillons, du thé, des tisanes; c’est d’abord s’hydrater, ce qui est bénéfique avec notre chauffage électrique qui assèche notre environnement.téléchargement

C’est également apporter des éléments nutritifs à notre organisme qui en a bien besoin durant la période hivernale. Vitamines, minéraux et oligo-éléments sont essentiels pour le maintient de notre énergie.

Un peu de vin rouge par ses propriétés « réchauffantes » est également bénéfique en cette saison froide! En Europe, ils ont bien compris les bienfaits du vin chaud en servant une version épicée de celui-ci durant les mois les plus froids de l’hiver. Ici au Québec, nous avons aussi notre propre version, que nous sucrons au sirop d’érable, un vrai délice!!

Activités physiques durant la période hivernale:

Exercice doux, Tai-chi, natation, marche extérieure matinale bien habillé sont efficaces afin de faire circuler l’énergie sans toutefois l’affaiblir par un effort continu.

À l’extérieur, protéger bien votre nuque et le haut de votre dos du vent et du froid qui ont tendance à pénétrer l’organisme par ces régions. Un bon foulard chaud et confortable fera l’affaire afin de vous garder bien au chaud durant vos randonnées hivernales.

Porter également de bonnes bottes chaudes, les pieds sont le début du trajet du méridien du Rein et peuvent facilement être affectés par le froid.

Si possible, lors de vos activités extérieures et quand le climat le permet, gardez les oreilles « au grand air », car elles sont les régulatrices de la température de l’organisme. Le méridien du Triple-Réchauffeur contourne les oreilles et est le « thermostat » du corps, laissez-le prendre la mesure de la température extérieure et ajuster votre organisme en fonction de celui-ci.

Conclusion:

Le Shiatsu, par la lecture du hara, est un outil formidable pour percevoir les débalancements énergétiques avant que ceux-ci ne deviennent trop importants. La sensation de froid au hara devient alors une alliée pour percevoir les déficiences de Ki, avant que celles-ci ne deviennent trop significatives et se manifestent de façon plus spécifique dans l’organisme. Recevoir des shiatsu est donc, à ce moment de l’année, une très bonne option pour prendre soin de soi. Au niveau plus personnel, l’hiver peut être une saison Zen pour prendre du temps pour soi, marcher dans la neige, se faire de bons repas ou se masser soi-même le hara pour faire circuler votre énergie. Je vous souhaite pour le reste de cette belle saison hivernale de faire le plein d’énergie positive et d’arriver au printemps avec un enthousiasme et un élan renouvelés.

 

2 Commentaires

  1. Quelle belle lecture du fonctionnement du Hara, mise à la portée de tous pour en comprendre le fonctionnement, pour partager!
    Je fais suivre sur ma page facebook.
    Bonjour Barbara et Stéphane, à bientôt pour être avec vous dans un prochain stage; bonnes fêtes de fin d’année.
    Franco

    Répondre
    • Merci pour le partage de cette chronique Franco. L’idée de mes billets est de faire connaître le plus possible tous les aspects de la pratique du shiatsu, je suis donc heureux que ce mandat porte fruit. Barbara et moi sommes en préparation pour le prochain stage à l’automne prochain à Paris, je t’invite donc à suivre nos activités pour en savoir plus.
      Bon début d’année à toi et merci encore pour ton commentaire.

      Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *